Loading Map...

Conseils pour backpackers cheaps

Written on: Sunday July 12th, 2009

A journal entry from: Europe 2009

C'est pas l'argent qui compte, mais je me dis que peut-être ce que j'ai appris dans ce voyage-ci peut aider quelqu'un d'autre à préparer le sien. Pour ceux que ça peut intéresser, voici mes conseils pour backpackers cheaps.

Références


N'ayant pas un budget infini pour mon voyage, j'ai voulu réduire mes dépenses. J'ai donc acheté le livre Europe on a shoe string de Lonely Planet, sensé m'aider à planifier mon voyage de façon économe. Sauf que finalement, dans ce livre là, une auberge à 60 euros semble entrer dans la catégorie « petit budget ». Mon premier conseil financier serait de ne PAS acheter de guides de ce genre là. À moins d'en emprunter un ou d'attendre d'en voler un d'une auberge jeunesse (plusieurs laissent leurs guides avant de partir), il semble que la manière la plus économe serait d'aller sur le site Web de Lonely Planet ou autre éditeur et de downloader que les sections des pays qui vous intéressent. C'est aussi bon de faire des recherches à mesure sur Internet, ce que j'ai fini par faire de toute façon quand les suggestions du livre étaient trop chères. Résultat : des auberges jeunesses à 20 euros ou moins presque tout le temps. Le guide m'a surtout servi pour vérifier si ce que je trouvais sur Internet avait de l'allure. Et si vous voulez vraiment un livre, Le Let's Go Europe Budget me semblait meilleur que le Lonely Planet.


Hébergement


Une des meilleures façons d'économiser, c'est Couchsurfing. L'important c'est de se prendre d'avance pour faire nos demandes, idéalement plus que 5 jours à l'avance, surtout dans les grandes villes. Je me permets de partager ce qui, je crois, devrait être l'éthique du Couchsurfing. Selon moi, dormir gratuit = aider à faire la vaisselle. Et pour les repas, une belle façon de remercier sans se ruiner est d'aller à l'épicerie pour faire un souper à l'hôte, si possible un truc québécois, ça fait plus « échange culturel ». Il aurait fallu s'acheter de quoi à manger anyway, et faire un repas pour 2 ne revient pas vraiment plus cher. Si on sort avec son hôte, c'est smatt de lui payer une bière. J'aimais bien laisser un petit cadeau aussi, alors je gravais un cd de musique du Québec avec une petite carte de remerciement, dans laquelle j'invitais bien sûr la personne à me visiter un jour au Canada. J'avais apporté des CDs vierges et des cartes du Québec, alors avec mon portable c'était rapide. À part ça, l'important est de s'adapter au style de vie de la personne chez qui on est.


Les auberges jeunesses étaient ma seconde option. Des sites de recherche comme hostelworld.com permettent de rapidement comparer les prix pour une ville. Mais il faut vérifier aussi sur le site Web officiel d'une auberge ou l'appeler pour s'assurer que le prix est le bon. Des fois, ça peut être plus cher de réserver via Hostelworld parce qu'ils se prennent une cote. Et des fois, c'est plus cher à l'auberge directement, pour une raison que j'ignore. C'est évidemment les dortoirs mixtes avec le plus de lits qui sont les moins chers.


Il y a aussi le Wwoofing, si vous tombez sur des hôtes aussi géniaux que ceux que j'ai eu, vous travaillez mais ça vous fait des journées sans dépenses à vraiment vivre le quotidien de la place.


Manger


Manger, c'est cher. Mais faut pas non plus penser qu'on sera capable de résister à tous les restos nouveaux qu'on croise. Ça fait partie du voyage d'expérimenter en bouffe. Il faut se planifier des sous pour des restos, mais pour le reste, on n'est jamais mieux servis que par soi-même. J'ai fait un méchant bout avec un sac de noix et grignotines que j'avais apporté du Québec. J'en laissais en tout temps dans mon sac et ça a souvent évité que je me jette sur le premier resto venu quand j'avais faim et qu'on n'était pas encore à l'heure du repas. Aussi, j'aurais été misérable sans mon pot de beurre de peanuts, qui rendaient bien plus satisfaisants les bouts de baguette du matin dans les auberges jeunesses. J'ai même trainer du beurre, parce qu'il n'y a jamais de beurre dans les auberges, juste des marmelades. J'avais aussi un pot de moutarde de Dijon, pour les sandwichs.


Cuisiner


Privilégiez les auberges avec cuisine. Comme ça, en passant à l'épicerie faire des provisions pas trop chères, on peut se cuisiner un souper et un lunch du lendemain sur place. Des fois, il y a même de la bouffe gratuite laissée par d'autres, comme des pâtes ou du riz. C'est une bonne idée de vérifier ce qu'il y a de disponible dans la cuisine avant de passer à l'épicerie pour se faire un menu. Des choses comme de l'huile ou des épices peuvent être déjà sur place.


Si on est capable, c'est mieux de prévoir utiliser la cuisine avant ou après les heures habituelles de repas pour ne pas être 30 pour 4 ronds de poêle. Il faut aussi vérifier les heures d'ouverture, certaines auberges ferment leurs cuisines après 10-11 h.


Toujours une bonne idée de profiter de la cuisine de l'auberge pour se faire un lunch avant de partir. On a le droit d'avoir notre bouffe dans les trains, tout comme dans les avions RyanAir. Quand une baguette jambon-beurre à l'aéroport est 7 euros, ça vaut la peine de se la faire soi-même. Seule chose importante pour l'avion est de ne rien avoir de liquide. Pour éviter d'avoir envie d'acheter du jus, j'apportais des légumes ou des fruits qui contiennent beaucoup d'eau, comme des concombres, du poivron ou des clémentines.


Boire


Bien sûr, j'avais ma bouteille d'eau, mais il faut penser la vider pour les douanes, et la remplir après dans les toilettes de l'aéroport avant l'embarquement. Ceux qui font la piastre sur la vente de bouteilles d'eau semblent vouloir éviter ça par contre. C'était extrêmement difficile de trouver un abreuvoir dans les aéroports que j'ai visité, et les éviers dans les toilettes ont souvent été modifiés pour qu'on n'ait aucun contrôle sur la température de l'eau. C'est donc parfois que de l'eau chaude pour se laver les mains. De là l'intérêt d'avoir du concombre.
En d'autres cas, l'eau du lavabo est bonne, mais sinon c'est plus économique d'acheter des gros formats de bouteilles d'eau et remplir sa gourde. Même chose pour le jus, c'est pas cher de trainer un gros contenant de jus style boîte de jus Oasis, ça se boit bien direct de la boîte même si c'est pas poli, et étonnamment, ça coule pas dans les bagages si c'est pas trop bardassé.


Avion


À date, les vols les moins chers que j'ai trouvé pour l'Europe ont toujours été sur Orbitz.com. Mon vol était à 640 $ canadiens. Mais attention, sur le site, les prix sont en dollars américains.


Train


J'ai vraiment hésité avant d'acheter la passe de train de 3 mois à 1224 $. Mais finalement, j'ai rentabilisé mon investissement. J'ai pris le train plus de 25 fois pendant mon voyage. Si j'avais toujours payé plein prix, j'aurais dépensé environ 1370 euros ou 2220 $. Mais finalement, j'ai payé environ 390 $ (240 euros) en frais de réservation sur place. En ajoutant le prix de la passe, le train m'a coûté 1614 $. Une économie d'environ 600 $. À moins que les prix aient beaucoup augmenté, je propose la passe pour un long voyage, ça simplifie les choses. Faut juste pas la perdre!


Assurance


En achetant les billets d'avion et de train avec la bonne carte de crédit, l'assurance est comprise? Je n'avais pas une carte de crédit qui fait ça. J'ai donc dû payer environ 430 $ pour l'assurance qui couvrait tout pour 3 mois et demi. Checkez ça!


Budget


J'ai essayé de me restreindre à un budget de 30 euros par jour. Impossible. Mon voyage en tout m'a coûté 7040 $, ou 4340 euros. Ça veut dire un budget hebdomadaire de 470 $  (290 euros) environ, et un budget quotidien de 66 $ ( 41 euros). Faut calculer 18 jours de wwoofing là-dedans, journées où je n'avais presqu'aucunes dépenses, et plusieurs amis très généreux qui m'ont payé la traite ici et là. Je crois donc qu'il faut vraiment se prévoir au moins 40 euros par jour.


Grand total pour 3 mois et demi en Europe, en comptant l'avion, le train, l'assurance et tout le reste (vraiment tout, sur place j'ai calculé tout, même la carte postale à 30 cennes): 9335 $.


Mais c'était priceless.