Loading Map...

Passage en France pour me ravitailler en champagne et en culture quebecoise

Written on: Tuesday April 21st, 2009

A journal entry from: Europe 2009

Petit arrêt à mon pit stop français favori, chez Sandrine et Thomas en Champagne. Toujours un excellent accueil et une aide appréciée. On s'est fait une soirée crêpes-poker, avec le super Crep'party compact de Tefal! Pas pire comme accessoire.


On a aussi passé une super belle journée ensoleillée au lac du der, un lac artificiel construit de 1967 à 1974. Il sert aujourd'hui à désengorger la Marne pour éviter les crues de la Seine à Paris, comme les crues de 1910 et 1924 qui inondèrent une grande partie de la capitale française (phrase copiée-collée de Wikipedia, juste pour être honnête). Trois villages ont été détruits pour créer le lac. C'est le plus grand lac artificiel en Europe.


Sandrine et Thomas se préparent pour leur voyage au Québec cet été et ont acheté le guide Routard Québec et provinces maritimes. Ça semble très bien, sauf qu'en cherchant la section de l'Abitibi-Témiscamingue, ben je me rends compte qu'il n'y en a juste pas. Rien dutout sur nous, la zone couverte par le livre contourne totalement notre région! Et ça dit que c'est le Routard du Québec? J'étais vraiment insultée et j'ai écris à l'éditeur. À date ils ont simplement dit qu'ils transmettaient mon courriel à la section Québec. Comment peuvent-ils faire un guide destiné aux français qui viennent tous pours les grands espaces, et ne pas mentionner l'Abitibi?



Après cet arrêt, je redescendais au sud à Toulouse chez Laurie, une collègue de RP à l'UQAM. En compagnie de quelques-uns de ses amis québécois et français de Toulouse où elle fait un stage, on sortait au show des Cowboys Fringants ce soir-là.

Toulouse est très jolie, mais proche de la gare il y avait une couple de weirdos. Une dame m'aborde et me dit :
« Pardon, puis-je vous déranger? »
« Ouin? »
« Auriez-vous un ou deux euros pour moi? »

Je n'avais pas envie d'en donner, excusez mon manque de générosité, mais je lui dis que je n'ai pas de change et que je n'ai que de l'argent canadien, me disant que ça garantirait qu'elle s'en irait. Elle me demande :
« Ah, vous êtes canadienne? »
« Oui. »
« So you speak English then? »
« Oui, mais je parle aussi français. »
« Comment ça? »
« Ben, au Québec, on parle français. »
« Ah oui, mais c'est le français du 16e siècle! »

Je pars à rire, mais elle était sérieuse. Je lui dis que si je lui parle et qu'elle me comprend en ce moment, c'est bien la preuve que je parle le français actuel. Elle me répond que c'est pour ça qu'elle doute que je sois canadienne. Je lui dis doute si tu veux, mais je le suis. Elle répond : « Oui, je doute. Aurevoir. » Incroyable.

Enfin au show, on n'était pas les seuls québécois c'est certain, mais plusieurs français étaient présents et connaissaient les chansons par c?ur autant que nous, en les chantant avec un accent, ce qui est très drôle.
Ça reste qu'il ne m'a pas semblé que c'était autant le party que lors d'un show en Abitibi. Le gars derrière moi est resté à regarder le show les bras croisés ben sérieux tout le long, frustré qu'on soit plus grand que lui devant. Hey, pas vrai que je vais laisser tous les plus petits que moi me dépasser pour me retrouver au fond de la salle, pas ma faute si je suis grande, c'est juste la génétique puis l'évolution.

Reste que c'était un très bon show, Marie-Annick toujours aussi envoutante sur scène avec tous ses instruments, Karl Tremblay a toujours autant d'énergie et une bonne voix. Dommage que le batteur ne soit plus le même et que Jean-François Pauzé ne fasse pas la tournée française, apparemment à cause d'une sorte de phobie de l'étranger.

On a eu droit à 3 rappels, vraiment pas pire, les français sont insistants. À la fin, la foule s'est mise à chantonner "Merci, merci, merci..." en coeur, je sais pas si c'est français de faire ça mais je ne me souviens pas d'un show au Québec où on a démontré notre appréciation tant que ça.

Je n'avais pas écouté le dernier album et j'étais sceptique à savoir si je l'aimerais, mais les chansons jouées en show étaient du bon Cowboys. Hâte de les voir encore.


Je partais en train de nuit pour Paris tout de suite après le show. Je trouve ma cabine et j'ouvre la porte. Il y avait 6 lits, et un monsieur sur le lit du haut. J'étais surprise parce que je ne croyais pas que ce serait une cabine mixte. Je dis bonjour au gars, je le regarde un peu. Il ne me semblait pas menaçant, alors j'installe mes trucs sur mon lit à moi.

Je me retourne et un monsieur est devant la porte. Sa place, c'était le lit juste à côté du mien. Le gars est l'image parfaite du motard typique, 4 fois plus gros que moi, coat de cuir, tattoos, regard méchant de bull dog. Je lui dis bonsoir, m'excusant d'être dans le chemin, il ne répond rien. Je me disais que peut-être ben que c'était juste un gros nounours dans le fond, mais quand même, c'était clair que je ne dormais pas toute seule dans une cabine à côté de lui puis d'un autre gars.

Je vais voir le contrôleur et je lui demande si j'étais sensée préciser que je voulais une cabine pour femmes seulement. Je croyais que c'était automatique qu'ils me plaçaient dans une cabine unisexe, étant une pauvre petite voyageuse jeune et seule. Mais non. Alors j'ai demandé si c'était possible pour moi d'en faire la demande là, et le contrôleur, me trouvant bien polie dans ma demande, m'a replacé dans une cabine à moi toute seule! Ça paye d'être smatt!

Je vais chercher mes choses dans l'autre cabine, prétextant que je me suis trompée de place, m'excusant du dérangement aux deux monsieurs. Les deux me regardent sans répondre ou réagir. Je me dis, ok, bien fait de partir, ils sont weird.

J'ai tellement bien dormi, toute seule sans m'inquiéter des mes affaires, bercée par le train.

 Clips mal filmés pendant le show des Cowboys