Loading Map...

I FEEL sLOVEnia

Written on: Monday April 13th, 2009

A journal entry from: Europe 2009

C'est pas de moi, c'est le slogan de la campagne de promotion du tourisme en slovénie.

Ferderber, ça vient de la Slovénie. Pas Slovaquie, Slovénie. C'est pourquoi je suis ici, voir où mon grand-père est né en , avant d'arriver avec sa famille au Canada en  et en Abitibi en.

Les gens d'ici ont ri quand je leur ai dit mon nom, il paraît que ça vient de l'allemand et que ça signifie « celui qui détruit ». Sophie Richard-Destroyer hehe. Drôle que je vais travailler dans le développement durable. 

Je suis arrivée à Ljubljana, la capitale. Ça se prononce « liou-bi-ana ». Tout ici a un nom à coucher dehors, mais ça s'appelle jamais Linda.

Helena m'a accueilli à la gare, une gentille Slovène de Celje, étudiante à Ljubljana, chez qui j'allais couchsurfer. Elle m'avait apporté un sandwich au cas où j'aurais faim, vraiment smatt de sa part. Je devais me ravitailler parce qu'elle avait des plans pour nous en ce vendredi soir dans la capitale.

Elle m'a apporté à Metelkova. C'est un petit pâté de buildings qui forment une place de party. C'était abandonné, et des jeunes ont eu l'idée de squatter l'endroit et d'en faire un quartier artistique et alcoolisé.
C'est vraiment génial ce qu'ils ont monté, impossible à faire chez nous à cause d'un million de lois de zonage, de permis, de régie des alcools etc, mais vraiment un concept duquel s'inspirer. Il y a près de 10 bars et cafés rassemblés, et le tout fonctionne un peu sous forme de coopérative. T'es libre de faire ce que tu veux. T'achètes une bière au bar où il y a un show de jazz, tu sors prendre l'air avec ta bière et tu bois assis dans un module en plein milieu de la place, tu décides d'aller dans un autre bar où il y a un dj, tu peux rentrer avec ta même bière.

Tout a été décoré par des artistes locaux, il y a des façades incroyables qui sont presque du Gaudi, d'autres surfaces plus graffiti, de la sculpture éclatée. Il n'y a pas un centimètre carré qui n'a pas été personnalisé. Le choix de bière : vert ou rouge. La verte c'est la La?ko, la rouge, la Union. Locale, pas la meilleure mais seulement 1 euro 50.

Évidemment, c'est les « marginaux » qui se tiennent là, il y a un coin de clubs plus « Château », mais Metelkova me plaisait bien. Impressionnant de voir un endroit comme ça, autogéré, qui fonctionne super bien.

Helena a 20 ans. J'en ai 24, 4 ans de différence, je pensais pas que ça paraîtrait. Après juste 3 bières et un verre d'alcool local, couchée vers 4h am, le lendemain je feelais croche toute la journée. Elle est sortie aussi tard les soirs suivants mais je n'ai pas été capable de la suivre. Je me sentais vieille et plate. Je pense que c'est la fatigue du voyage qui me rattrape aussi, mais bon, je sens que l'époque des open bars et des nuits sur la corde à linge se termine, si je ne m'entraine plus!

Comme c'était le congé de Pâques, Helena avait plein de temps, on a donc fait un roadtrip vers le bord de la mer Adriatique. En chemin, je suis arrêtée à la grotte de Postojnska, la plus grande d'Europe. Je n'étais jamais entrée dans une grotte, sauf la fausse grotte de Ville-Marie. Je me souviens être allée là toute petite et avoir été dont ben impressionnée, puis être retournée adulte et m'être dit, ha, c'était juste ça?

Postojnska, c'était pas juste ça. J'aurais passé toute la journée à me promener là. Tu rentres en petit train, ça me faisait penser à la Cité de l'Or, sauf que je suis désolée de dire que c'est pas mal plus incroyable comme paysage, étant fait par la nature au fil de millénaires plutôt que par des bâtons de dynamite. Un stalactite se construit au rythme de 10 centimètres par 1000 ans! Les partys d'Halloween qu'on pourrait faire là-dedans, wow.

Puis on s'est arrêté à Piran, sur le bord de la mer, pour souper. Ce soir là on a dormi dans l'appart que la famille d'Helena a à Lucija, pour venir au bord de l'eau l'été. Lendemain, tant qu'à faire, étant à 10 minutes de la frontière, on est allées voir en Croatie, à Umag, pour un lunch de bord de mer encore. Une étampe de plus dans mon passeport! On est aussi arrêtées à Lipica, où il y a les célèbres chevaux blancs de Slovénie, mais je n'en ai pas vu. C'était en fait un « Holiday resort » avec terrain de golf et casino etc. pour plein de touristes italiens.

En revenant à Ljubljana, j'étais crevée, et honnêtement ma patience cette journée là pour le party permanent à l'appart était très mince. Helena est ressortie ce soir-là jusqu'aux petites heures. Je me suis couchée en me désolant d'être dont ben vieille.

Le lendemain j'ai visité la ville de Ljubljana de jour, super joli avec les rues piétonnières et les terrasses tout le long de la rivière. Jo?e Plečnik est l'architecte de pratiquement tout à Ljubljana. C'est simple comme décor, clean, j'aime bien. C'est souvent très carré. Je ne sais pas si c'est parce que j'arrive de l'Italie, mais les choses me semblent propres et ordonnées en Slovénie. Et c'est le printemps, il fait beau, tout est en fleur, et il fait chaud! Si seulement j'étais épilée, je mettrais une jupe.

J'ai visité le musée national, où on y explique l'évolution de la langue et de la culture slovène, et l'accession du pays à son indépendance en 1991. Intéressant. Un autre peuple distinct par sa langue et sa culture qui se sentait menacé par ses voisins.