Loading Map...

Los Amigos Sol Hostel, Madrid

Written on: Tuesday January 20th, 2009

A journal entry from: Europe 2009

Déjà le 20 janvier. Aujourd'hui je quitte Paris pour Madrid. C'est incroyablement beau Paris, « an effortless elegance » comme dit mon Lonely Planet, grâce à toute l'histoire et le prestige qu'elle dégage. Mais le métro pu la pisse, la merde de chien par terre, c'est même pas un stéréotype, les itinérants sont omniprésents et harcelants et je ne m'y sens pas vraiment à l'aise. Je suis juste pas grande ville comme fille, je le savais déjà.

J'ai dit aurevoir à Clémence (merci encore Clémence!) qui partait voir une agence. C'est drôle, elle me racontait que pour faire un peu de sous elle avait accepté de jouer dans un pilote style télé-réalité qui passerait à leur version de notre Vrak TV. Alors en fin de semaine, elle doit sortir avec trois gars différents qui ne savent pas qu'elle est comédienne, et ils vont la cruiser pendant qu'ils vont faire du karting, de la dégustation de vin et du magasinage. Là elle cherchait des amies pour participer à un bout de l'émission. Avoir été là samedi matin, j'aurais pu jouer son amie québécoise à un brunch qui lui demande quel gars elle choisit avec mon pire accent!


Dans la navette vers l'aéroport en banlieue de Paris, j'étais toute seule avec le chauffeur, alors j'ai jasé avec un peu. Il venait de la Côte d'Ivoire, avec un gros accent, alors nos deux accents ensemble ça a fait une conversation un peu boiteuse sur la température, sur ses origines et sur Obama, par la force des choses. Je suis déçue de manquer la diffusion de l'événement ce soir, mais je suis autant déçue de manquer la saison 3 des Invincibles.


Et là je suis triste, parce que j'ai une canne de sirop d'érable en moins, celle que je voulais donner à la ferme qui m'accueillerait. RyanAir fait payer cher les surplus de poids de bagages, alors j'avais prévu le coup en redistribuant le poids entre mon gros sac et mon petit. J'avais été lire sur le site de la compagnie ce qui était défendu à bord. Il n'y avait rien sur les liquides, et je trouvais que ça faisait du sens vu que c'est un vol intra union européenne. On m'avait dit qu'il n'y avait même pas de problème à ce que je m'apporte un lunch. Pour que mon gros sac ne pèse pas plus de 15 kilos, c'était facile de juste mettre le sirop dans mon petit sac à dos. Eh ben mon sandwich au jambon a passé mais pas l'eau de ma gourde et le sirop. Le gars me dit que j'ai pas le droit, il aurait fallu que je le laisse dans le bagage dessous. Parce que bien sûr, j'allais ouvrir la canne avec mes dents et noyer quelqu'un dans le sirop pendant le vol. Mmmmm agent de bord au sirop. Mais il a quand même été smatt, en me laissant en garder une des deux cannes après discussion. Il me dit « ne la montre pas, je risque mon job pour toi ». Risquer sa job pour une canne de sirop. Heureuse quand même d'être une jeune fille aux allures innocentes, ça passe toujours mieux devant les jeunes douaniers.


Il n'y a pas beaucoup de monde dans l'avion, je peux même lever les accotoirs et me coucher en longueur sur 3 bancs. Je vois Madrid déjà, un gros amas de petites lumières jaunes.


Wow, jamais vu un aussi beau métro que celui de Madrid. La partie que j'ai vu date des années 2000, c'est grand, ouvert, lumineux, propre, ça roule tellement bien et tout est bien indiqué. Le décor fait un peu style WalMart, mais pour un métro, ça rassure. Je suis un peu fatiguée, déçue de mon sirop et j'ai soif parce que je n'avais pas envie de payer un breuvage 3 euros dans l'avion. Alors je monte à mon auberge qui est tout près de la sortie du métro en me disant que je vais faire ma petite affaire tranquillement, en oubliant ce qu'est une auberge jeunesse.

Dès que j'entre, il y a 10 personnes qui me crient HOLA!!! C'était le dernier soir de job du gars de l'accueil, alors il offrait des verres à tout le monde de l'auberge et c'était le party. Je n'avais même pas encore eu ma chambre que je m'en allais sortir downtown Madrid avec la gang. J'ai rapidement oublié ma fatigue et perdu ma mauvaise humeur. Vive les auberges jeunesses pour des amis instantanés! Certains seront malheureusement des « amis à usage unique », comme dans Fight Club, mais ça reste que rien bat l'esprit du voyageur, tellement ouvert et inclusif, bon vivant. Le monde irait mieux si plus de gens adoptaient l'attitude du voyageur dans la vie normale.
On est une dizaine à arpenter les rues de Madrid un mardi soir à la recherche d'un bon bar. On se retrouve finalement dans une petite brasserie pour la soirée. J'ai l'impression que mon voyage commence pour vrai.

 

From Artishow on Jan 26th, 2009

AHahahah chouettte!!! sa commence a être intéressant ce voyage!!! il est grand l ontarien??;) ahahhaha bon j te laisse moi j me les geles ici!!!! mon camion n a pas parti hier matin trop froid le gaz a geler!!!:P Tention a toi!!!;)

From Sophie on Jan 29th, 2009

ahaha non avec mes bottes de marche je le depasse. Compagnon de voyage voilà tout. Bonne chance avec ton beau gros truck d'homme!